Willkommen auf den Seiten des Auswärtigen Amts

Coopération au Développement économique

Deutsche Zusammenarbeit

Deutsche Zusammenarbeit, © DEutsche Botschaft Ouagadougou

28.05.2018 - Article

La coopération entre l’Allemagne et le Burkina Faso a commencé en 1961, un an seulement après l’indépendance du Faso et le début des relations diplomatiques entre les deux pays. L’objectif primordial de la coopération allemande est la réduction de la pauvreté et un développement durable.


La Coopération germano-burkinabé

La coopération entre l’Allemagne et le Burkina Faso a commencé en 1961, un an seulement après l’indépendance du Faso et le début des relations diplomatiques entre les deux pays. L’objectif primordial de la coopération allemande est la réduction de la pauvreté et un développement durable. Au Burkina Faso, elle s’inscrit dans le Plan National de Développement Economique et Social 2016-2020 (PNDES). Pour la période 2018-2020, le Gouvernement de la République fédérale d’Allemagne s’engage à mettre plus de 100 millions d’euros (67 milliards de francs CFA) à la disposition du Burkina Faso. Egalement, l’Allemagne appui le Burkina Faso à travers des programmes régionaux et des Organisations multilatérales.


La coopération allemande en détail

La coopération bilatérale entre les deux gouvernements

Les gouvernements burkinabè et allemand s’accordent sur leur coopération au développement lors des négociations trisannuelles, la dernière ayant eu lieu en juillet 2017. Dans la coopération gouvernementale, l’Allemagne agit à travers ses organisations d’exécution, la GIZ pour la coopération technique et la KfW pour la coopération financière.  Les deux pays ont convenu de trois pôles d’intervention : agriculture, décentralisation et eau et assainissement. En plus de ces pôles, ils coopèrent également dans les domaines des droits des enfants et des jeunes, la bonne gouvernance financière et la gestion des espaces frontaliers.

D’autres appuis se font par des programmes régionaux et mondiaux à travers des organisations multilatérales telles que les Nations Unies, à travers l’Union européenne  et à travers des organisations non gouvernementales.

Agriculture

L’objectif de la coopération est d’augmenter la production et les revenus, d’améliorer l’emploi dans le secteur pour assurer ainsi la sécurité alimentaire.

L’Allemagne appuie l’agriculture irriguée et travaille ensemble avec le gouvernement et les agriculteurs pour la conservation du sol, la réhabilitation des terres agricoles dégradées et érodées.  Les agriculteurs sont soutenus dans l’augmentation de la production agricole, sa transformation et sa commercialisation. Des exemples notoires sont les chaînes de valeur du riz, du sésame, du manioc, du moringa, de l’amarante et de la patate douce.

Décentralisation

A travers la Décentralisation, l’objectif de la coopération est d’améliorer les infrastructures et les services locaux et de renforcer la participation citoyenne.

L’Allemagne renforce les capacités de gestion des collectivités territoriales et de l’administration communale et appuie à la formation des services locaux. Les communes reçoivent des subventions pour la construction et la maintenance d’infrastructures économiques et sociales et pour la participation de la population dans les processus locaux de décisions. Elles sont également appuyées dans l’amélioration de leurs propres revenus. La bonne gouvernance financière est renforcée dans le cadre de la coopération avec le ministère burkinabè en charge des finances.

 

Approvisionnement en eau potable et assainissement

L’objectif de la coopération est d’améliorer l’accès à l’eau potable et à l’assainissement dans les petites et moyennes villes ainsi que des villages rattachés. 

La coopération allemande au développement renforce les capacités du ministère en charge de l’eau et de l’assainissement, de l’Office Nationale de l’Eau et de l’Assainissement  (ONEA) et des communes et financent la construction de systèmes d’adduction d’eau potable tout comme de l’assainissement (latrines aux niveaux ménage et scolaire, des services de santé et des marchés). Les charges d’exploitation du système l’approvisionnement en eau potable sont réduites à travers l’utilisation de nouvelles technologies comme celles photovoltaïques. L’appui à l’assainissement concerne la chaîne complète d’accès. L’éducation à l’hygiène permet d’éviter des maladies. 

Droits des enfants et des jeunes

L’objectif de ce domaine de coopération est de protéger les enfants et les jeunes et de promouvoir leurs droits.

Les garçons et les filles sont notamment protégés de la traite des enfants, du travail des enfants, du mariage forcé, de la mutilation génitale féminine, du mariage et des grossesses précoces.  La coopération allemande au développement  appuie le gouvernement burkinabé dans  la mise en œuvre des lois et mesures existantes de protection des enfants. Elle intervient également dans la sensibilisation de tous les acteurs ainsi que les populations, l’administration et les forces de l’ordre sur ces lois et dans la configuration des réseaux de protection des enfants. La coopération allemande au développement finance la construction, la rénovation et la mise en place de l’équipement  d’écoles, la formation scolaire et professionnelle des enfants  et des jeunes et promeut des activités génératrices de revenus pour les jeunes et les femmes.

 

Gestion des espaces frontaliers

L’objectif de cette coopération est d’augmenter la sécurité et la stabilité dans les espaces frontaliers et d’améliorer les conditions de vie de la population.

La Stratégie nationale de Gestion intégrée des frontières est mise en œuvre à travers le projet conjointement financé par l’Union européenne et le gouvernement fédéral allemand. Elle vise le renforcement de la présence de l’Etat et des cadres institutionnels et juridiques de la gestion burkinabè des frontières en coopération avec les pays voisins et l’amélioration des conditions de vie de la population vivant dans les espaces frontaliers. 

 

Coopérations régionale et mondiale

Leur objectif est de renforcer la bonne coopération mondiale et entre Etats voisins  et de profiter de la valeur ajoutée des approches régionales et mondiales.

Un concept de protection et de gestion pour la biodiversité est mis en place de façon transfrontalière dans la région du Parc W et un appui est apporté à la prévention des épidémies dans la zone CEDAO. Dans le domaine de la santé, la coopération allemande au développement fait la promotion de programmes de la santé de la reproductive,  de prévention du HIV/SIDA ainsi que de prévention des épidémies. A travers des programmes régionaux, l’Allemagne soutient les filières de riz et de noix de cajou au Burkina Faso, augmente l’efficacité énergétique. Elle appuie également les organisations régionales, notamment l’Union Africaine et la CEDEAO

A travers l’Initiative spéciale « Un Seul Monde sans Faim », SEWOH, le Ministère allemand au Développement contribue à l’échelle mondiale à l’amélioration de la sécurité alimentaire des populations alimentairement non-sécurisées et au renforcement de leur résilience. Au Burkina Faso, la République fédérale d’Allemagne appuie des « Centres d’Innovations Vertes »  améliore la protection et la réhabilitation des sols, la productivité agricole ainsi que la nutrition et l’hygiène au niveau familial. 


Coopération non-étatique –Coopération avec une valeur ajoutée : de personne à personne , diverse et complémentaire

De nombreux acteurs non-gouvernementaux allemands soutiennent le développement du Burkina Faso, dont des ONG, des fondations politiques et des initiatives privées.  Egalement une aide active est apportée à travers des jumelages de villes. Le gouvernement allemand fournit aux acteurs non gouvernementaux  un soutien financier pour renforcer leurs actions complémentaires à la coopération entre gouvernements. L’ambassade d’Allemagne dispose également d’un budget pour financer des micro-projets.


Coopération culturelle – promouvoir le partenariat germano-burkinabé en culture, langue et éducation.

Evénements culturels, cours d’allemand, bourses et soutien de l’éducation universitaire sont au centre du travail du Goethe-Institut et du Deutscher Akademischer Austauschdienst (DAAD), qui coopèrent avec de nombreux partenaires.


Coopération multilatérale

A noter également que l’Allemagne finance de manière considérable les actions des acteurs multilatéraux comme l’Union Européenne (autour de 20%), la Banque Mondiale (plus de 4%) et les Nations Unies. Le gouvernement allemand s’investit pour rendre leur action de lutte contre la pauvreté encore plus efficace.

Autres contenus

Retour en haut de page